• Capture décran de 2019 02 08 10 36 10ARGUMENTAIRE SCIENTIFIQUE
    La démocratie européenne est-elle soluble dans le marché ? À l’heure où les revendications multiples (identitaires, illibérales, populistes) se nourrissent du sentiment d’une confiscation du pouvoir par les forces du marché, l’interrogation portant sur la possible réconciliation entre démocratie et marché est plus que jamais d’actualité.

    Alors que le marché est au fondement même de la construction européenne, la démocratie ne l’a rencontrée que plus tardivement. Les deux notions sont désormais citées comme faisant partie à la fois des valeurs sur lesquelles l’Union est fondée, et des objectifs que celle-ci a pour mission de réaliser. Si les deux notions sont en apparence placées sur un pied d’égalité, voire censées se nourrir l’une de l’autre, la réalité est plus complexe. La prééminence accordée au marché intérieur a eu pour conséquence de subordonner de nombreux choix de politique publique à son fonctionnement. Cette déconstruction progressive des démocraties nationales n’a été qu’imparfaitement compensée par la démocratisation de l’Union européenne elle-même.

    Les crises que traverse actuellement l’Union européenne le démontrent à suffisance (crise de la zone euro et question de sa gouvernance, phénomènes de repli identitaire, concurrence normative, montée des populismes alimentée par la critique du « tout-marché », Brexit, etc.). Sans s’exclure mutuellement, la logique du marché et la logique démocratique sont en friction constante et la recherche d’une conciliation entre les deux est la condition de la poursuite du projet d’intégration européenne.

    Les logiques ne sont toutefois pas forcément contradictoires. Il est en effet possible de considérer le marché comme la conséquence de choix collectifs économiques et sociaux formulés de manière démocratique. La démocratie devient ainsi le support nécessaire du marché, qu’elle a pour but de réguler. De même, le marché peut devenir un instrument du projet démocratique dès lors qu’il est utilisé afin de réaliser des objectifs non-économiques définis par le biais démocratique. Le marché devient ici un moyen au service de la démocratie, dont il contribue à solidifier les assises.

    Dans la tradition des colloques annuels de la CEDECE, cette manifestation entend accorder une large part au dialogue entre européanistes et spécialistes d’autres disciplines. Une place spécifique sera accordée aux jeunes chercheurs, et leurs proposition d’intervention sera examinée avec une attention particulière. Dans l’optique de favoriser au maximum la discussion et les débats avec
    l’auditoire, les interventions seront volontairement courtes (10 minutes) et s’inscriront dans le cadre de tables rondes animées par de jeunes chercheurs.

    Ce colloque s’inscrit dans les axes de recherche du Centre d’Études Européennes de l’Université Lyon 3 et la Chaire Jean Monnet DMOCRIS (Démocratie et intégration dans une Europe en crise).

    Texte complet de l'appel à communications
  • Capture décran de 2018 11 06 18 28 35

     IMG 2772bis

     





    Voeux du président de la CEDECE





    Chers tous, 

    Je vous souhaite à chacun une excellente année 2019, paisible, porteuse de satisfactions en tout domaine et de bien évidemment de projets nombreux dans ce qui réunit notre communauté : œuvrer à la défense et la promotion des études et des sciences juridiques économiques et politiques européennes.
    L'année 2019 de la CEDECE apparaît déjà prometteuse :
    - Congrès annuel à Lyon les 13 et 14 juin sur le thème "Démocratie et Marché" - Première journée d'études CEDECE des étudiants en Master, le 31 janvier sur le thème "L'Etat de l'Union européenne en 2018/2019 ; un autre regard sur la crise" (Lyon 3)
    Deux autres événements sont en préparation, sans que les dates soient encore arrêtées :
    - Une journée d'étude partagée avec la Société française de droit de l'Environnement- La deuxième journée d'études annuelle de la jeune recherche de la CEDECE 
    Je saisis l'occasion pour vous annoncer que le réseau "jeune doctrine" est désormais animé par Peran Plouhinec, Alexis Husser, et Lencka Popravka respectivement doctorants à Brest, Paris 1 et Grenoble - Je remercie Lydia Lebon, Medhi Mezaguer et Olivier Peiffert pour le travail accompli depuis 2015 et le colloque du cinquantenaire pour structurer ce réseau avec pour aboutissement la très réussie journée d'étude sur les études critiques à Nice le 19octobre 2018.
    N'oubliez-pas non plus les traditionnels prix de thèse P-H Teitgen et J-L Quermonne 
    Merci de noter également que le nouveau site de notre association sera présenté lors de l'AG de juin 2019 - Il comprendra un annuaire des membres institutionnels et individuels repensés sur la base d'une carte interactive présentant les formations autant que les unités de recherche que les enseignants-chercheurs et doctorants - Nous aurons besoin de votre aide pour réunir des données actualisées.
    Merci enfin de noter que lors de l'AG de la CEDECE le 13 juin à Lyon seront adoptés les nouveau statuts de la CEDECE - Le texte sera proposé au vote sur des bases très proches du projet présenté à Tours en juin 2018.A cette occasion sera débattue l'idée du changement de dénomination - Un sondage doodle réalisé auprès des adhérents au printemps 2018 et qui a réuni une quarantaine de participations indique une tendance nette en faveur d'un changement de dénomination et une préférence tout aussi nette pour devenir Association Française pour les Etudes européennes (AFEE) - Sur ces deux points il est encore temps de nous faire part  de votre avis 
    Avec mes vœux renouvelés pour 2019, croyez en l'expression de mes sentiments les plus dévoués
     
    Directeur du Centre de Recherche et de documentation
    Européennes et Internationales (CRDEI - EA 4193)
    Président de la CEDECE Association d'études européennes

Liste des lauréats

PRIX 2017
Simon LABAYLE "Les valeurs de l'Union européenne"
Hicham RASSAFI-GUIBAL "La notion de preuve économique : essai sur les interactions entre droit et économie en droits administratifs français et européen"
PRIX 2016
 Nina LE BONNIEC "La procéduralisation des droits substantiels par la Cour européenne des droits de l’homme. Réflexion sur le contrôle juridictionnel du respect des droits garantis par la Convention européenne des droits de l’homme"

 Konstantina CHATZILAOU "L’action collective des travailleurs et les libertés économiques, Essai sur une rencontre dans les ordres juridiques nationaux et supranationaux"

 
PRIX 2015
Damien REYMOND "Action antidumping et droit de la concurrence dans l'Union européenne " 
 
PRIX 2014
Antonio MARZAL YETANO « La dynamique du principe de proportionnalité. Essai dans le contexte des libertés de circulation du droit de l’Union européenne »
Lydia LEBON « La territorialité et l’Union européenne. Approches de droit public »
 
PRIX 2013
Sébastien ADALID « La Banque centrale européenne et l’Eurosystème : Recherches sur le renouvellement d’une méthode d’intégration »
Anne HAMONIC « Les relations entre l’Union européenne et l’Organisation des Nations Unies dans le domaine de la gestion des crises »
 
PRIX 2012
Alan HERVE « L'Union européenne et la juridictionnalisation du mécanisme de règlement des différends de l'OMC »
 
PRIX 2011
Guillemine TAUPIAC-NOUVEL « Le principe de reconnaissance mutuelle des décisions répressives dans l’Union européenne. Contribution à l’étude d’un modèle de libre circulation des décisions de justice » 
 
PRIX 2010
Catherine CASTOR « Le principe démocratique dans le droit de l’Union européenne »
Olivier CLERC « La gouvernance économique de l’Union européenne après l’établissement de  la zone euro »
 
PRIX 2009
Laurent MALO « Autonomie locale et Union européenne »
Guillaume PAYAN  « Pour un droit européen de l’exécution en matière civile et commerciale »
 
PRIX 2008
Aude BOUVERESSE « Le pouvoir discrétionnaire dans l’ordre juridique communautaire »
Céline RAPOPORT « Les partenariats entre l’UE et les Etats tiers européens »
 
PRIX 2007
Stéphane DE LA ROSA « La méthode ouverte de coordination dans le système juridique communautaire – Recherches à partir des applications en matière sociale et d’emploi »
Romain TINIERE « L’office du juge communautaire des droits fondamentaux »
 
PRIX 2006
Isabelle BOSSE PLATIERE « L’article 3 du TUE – Recherche sur une exigence de cohérence de l’action extérieure de l’Union européenne »
 
PRIX 2005
Delphine DERO « La réciprocité et le droit des Communautés et de l’Union européenne »
Laure MILANO « Le droit à un tribunal  au sens de la Convention européenne des droits de l’homme »